Les étudiants du département de pharmacie de l’université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou ont repris les cours hier, mettant ainsi fin à un mouvement de grève entamé en novembre dernier.
La décision de reprise des cours a été motivée par la publication par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du premier arrêté marquant le début d’application effective des engagements de la tutelle pris lors de la réunion du 13 mars dernier avec les délégués des étudiants grévistes de chirurgie dentaire et de pharmacie, a-t-on appris du chef de département, Merzouk Mamou.

Cet arrêté porte sur la création officielle du Comité pédagogique national (CPN) de la filière pharmacie et fixe ses missions, sa composition et son fonctionnement. Cette première démarche a «convaincu» le comité local des étudiants grévistes de renoncer à leur action et à reprendre les cours avec l’espoir de rattraper le retard accusé dans la scolarité pendant la période de débrayage, a-t-on fait savoir.

«Nous considérons que la publication de ce document, qui officialise la création du Comité pédagogique national est une première étape dans la prise en charge de nos revendications et la concrétisation des engagements du ministère», a déclaré un des délégués qui a requis l’anonymat. D’autres étudiants rencontrés au département pharmacie ont manifesté leur volonté de «sauver» leur année universitaire et éviter le spectre de l’année blanche, ont-ils déclaré. La reprise des cours a été accompagnée de celle des enseignants et de l’administration qui ont abouti à l’élaboration d’un emploi du temps consistant à exploiter la période des vacances et les samedis afin de dispenser le maximum de cours et de rattraper une partie des enseignements ratés durant les quatre mois de grève, a indiqué le doyen de la faculté de médecine, Abdelkrim Messaoudi.

Il a rappelé qu’à l’issue de la réunion du 13 mars dernier entre les délégués des étudiants et les représentants des ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de la Santé et de la Population, et la Fonction publique, des engagements ont été pris pour la satisfaction de toutes les revendications d’ordre pédagogique, notamment la formation, les stages pratiques, la graduation et la post-graduation, ainsi que la limitation du nombre d’étudiants en première année.

Relire depuis la source : ICI

Commenter